Coopération intergouvernementale (G2G)

Le programme Shiraka a été mis en place par le ministère néerlandais des Affaires étrangères pour favoriser une transition démocratique durable dans la région MENA.

Opérationnel depuis 2016, il vient en appui tant du développement économique que de la société civile et vise à favoriser la coopération avec les autorités centrales et décentralisées.

Les pays éligibles sont: Algérie, Bahreïn, Égypte, Iran, Iraq, Jordanie, Koweït, Liban, Libye, Mauritanie, Maroc, Oman, Territoires palestiniens, Qatar, Arabie saoudite, Soudan, Tunisie, Émirats arabes unis, Yémen.

Objectifs du G2G

Le G2G est un instrument encourageant une collaboration structurelle entre les gouvernements dans le but d'apporter un soutien à la résolution de problèmes d'intérêt réciproque. Lorsque cela s'avère utile, le milieu des entreprises néerlandais est activement impliqué.

Projets G2G

Les projets G2G prévoient un échange de connaissances publiques et d'expérience, ainsi qu'une approche sur mesure pour aider les gouvernements partenaires dans leurs tâches règlementaires. Un projet doit à la fois répondre à une demande et servir un intérêt des Pays-Bas. Autrement dit, une adéquation doit exister entre un intérêt clair pour une collaboration bilatérale et un engagement indiscutable du côté néerlandais.

Généralement, un projet dure entre 6 mois et 2 ans. Le contenu, les objectifs et les activités du projet dépendent dans une large mesure des souhaits et des possibilités des parties néerlandaises et de leurs homologues dans le pays cible. La participation volontaire et l'appropriation du projet constituent des éléments essentiels.

Les activités typiques d'un projet G2G sont:

  • Formation
  • Séminaires
  • Ateliers
  • Analyses institutionnelles ou législatives
  • Visites d’étude
  • Activités de sensibilisation
  • Conseils et soutien sur le développement de documents législatifs, de règlementations, de stratégies, de politiques, de techniques et stratégies de mise en œuvre, de projets pilotes, de visites d’étude, etc.

Les projets visent à combiner la théorie et la mise en pratique, ainsi que l'apprentissage par la pratique.

Comment mettre un projet G2G en place?

Shiraka G2G requiert une implication et un engagement organisationnels clairs au niveau hiérarchique adéquat dans le pays partenaire. Un projet G2G doit par conséquent faire préalablement l’objet d’une discussion au sein de l’organisation gouvernementale, pour s’assurer qu’il correspond aux besoins de l’organisation du pays partenaire. 

Afin d'en discuter plus en détail et de déterminer si le projet est éligible dans le cadre du programme Shiraka, veuillez contacter l’ambassade des Pays-Bas dans votre pays. Assurez-vous d'avoir suffisamment approfondi l'idée du projet et de disposer de réponses appropriées à des questions concernant les résultats escomptés, les activités, les parties prenantes, etc. Si l’idée s’avère pertinente et qu’un engagement suffisant est observé, un plan de projet sera élaboré en collaboration avec l’organisation du pays partenaire. 

Éléments clés d’un projet G2G:

  1. Le projet est axé sur la demande; le besoin local constitue le point de départ.
  2. Un fort engagement est observé au sein de l’organisation.
  3. Le projet répond à au moins un des objectifs de Shiraka, tels que mentionnés ci-dessus.
  4. Le projet implique une coopération structurelle avec les autorités centrales ou locales, ou avec d’autres institutions publiques.
  5. Le projet se traduit par des résultats tangibles et durables, tels que le développement ou la mise en œuvre d’une stratégie, politique ou législation.

Coûts et frais de participation

Un financement est disponible pour les projets. Néanmoins, une contribution est requise de la part du pays bénéficiaire. Les aspects spécifiques seront discutés et convenus lors du développement du projet. 

Exemples de coopération G2G

Visite de juges jordaniens
Ce projet était destiné au renforcement des capacités de la Chambre économique centrale, sise au Tribunal de première instance d’Amman. Cinq juges de premier plan de la Chambre ont participé à un vaste programme, en vue d’augmenter leur connaissance et leur compréhension du système judiciaire néerlandais, des chambres spécialisées et de l’arbitrage international.

Assistance à l'organe de lutte contre la corruption en Tunisie en matière de communication avec le grand public
Des experts en transparence et communication des Pays-Bas ont soutenu l’INLUCC, l’institut national qui combat la corruption en Tunisie, dans ses efforts pour atteindre le public et pour l’informer de manière adéquate concernant ses droits et les voies possibles pour agir lorsqu’on est confronté à la corruption. Le projet contribuera à un plan d’action de communication ainsi qu’au lancement d’une campagne médiatique.          

Renforcement des capacités de l'institut diplomatique d'Algérie 
Ce vaste programme de renforcement des capacités avait pour but de venir en soutien de l'Institut diplomatique et des Relations internationales (IDRI) en Algérie. L'objectif de ce projet était d’améliorer la qualité des programmes de formation organisés par l’IDRI, sa capacité à opérer en tant que centre de connaissances et d’expertise diplomatiques et son adaptation aux exigences de la diplomatie du 21e siècle. Le programme était constitué d’ateliers, de visites d’étude et de formations.                

Collaboration multinationale avec la Cour des Comptes néerlandaise 
Ce programme pair à pair quinquennal contribue au développement de la capacité institutionnelle des Institutions supérieures de contrôle (ISC) d’Algérie, d’Iraq, du Maroc et de Tunisie. Les activités sont axées sur le développement institutionnel et le renforcement de l'influence des institutions de contrôle et consistent en un échange de savoir-faire et d’expériences pratiques au travers d’ateliers interactifs, d’audits (pilotes), de visites d’étude et de coaching. L’objectif du programme est d’améliorer le fonctionnement de l’administration publique et l’efficacité des services publics et de renforcer la gestion financière publique, à la fois aux Pays-Bas et au sein des pays partenaires.